Notre Histoire

Préhistoire du groupe Jean-Baptiste Charcot, EEDF de Bois-Colombes

Le groupe a été crée entre 1961 et 1962 par Marcel ROBIN. Son siège était effectivement la cité des Courtilles construite de fraîche date à l’époque. Local situé dans une cave au 1 allée des Courtilles. Le groupe était alors constitué d’une meute dont la responsable était Simone PITCHEN et d’une troupe de garçons dont le responsable était Monsieur NICOLAS dont nous avons oublié le prénom. Le groupe se nommait alors le groupe « Léo Lagrange », EDF (Éclaireurs de France) d’Asnières-sur-Seine et son foulard était gris bordé d’orange.

Le premier camp a eu lieu en juillet 1962 à Ailefroide, dans l’Oisans . C’était un camp de regroupement avec d’autres troupes car il y avait des filles ! Situé à plusieurs kilomètres d’une route carrossable  le seul véhicule du camp était une moto ! Le clou fut l’ascension du Dôme des Écrins par quelques éclaireurs d’élite, le gros de la troupe s’étant arrêté au Refuge du Carro, ce qui était déjà une belle performance !

Dans l’hiver 62-63, Marcel ROBIN, comptable de profession, accepte un emploi à Saint Denis… de la Réunion ! Il passe donc la main à Guy URBAIN, Kangourou (Dynamique), qui, habitant la commune de Bois-Colombes, amène avec lui un contingent de nouvelles recrues. Le groupe garde son nom et son foulard, mais devient « d’Asnières Bois-Colombes ». Il se dote d’un organe de presse dénommé « Vent d’Ouest« .

Le camp suivant, en juillet 1963, a lieu dans le Périgord Noir. Changement de paradigme, l’aventure devient désormais nautique avec la descente de la Vézère. Pour l’occasion un premier type de radeaux fut inventé utilisant des fût métalliques de 200 litres comme flotteurs. Kangourou, cinéaste de bon niveau tournera désormais tous les exploit du groupe avec sa caméra 16 mm.

En octobre 1963, Serge GATELLIER fonde le groupe « Extension » (sourd et malentendants scolarisés à l’Institut Baguer d’Asnières). Il se nomme Albert SCHWEITZER, même foulard, associé au groupe Léo LAGRANGE pour la plupart des activités. Bernard GUERRY prend la responsabilité de la troupe constituée au départ de deux équipes de garçons (les Lions et les Panthères).

La Fusion de 1964 : La FFE (Fédération Française des Éclaireuses) , les EDF (Éclaireurs de France) et les Éclaireurs Français (fondés aussi en 1911 par Pierre de Coubertin) se regroupent dans un même mouvement : Naissance des Éclaireuses et Éclaireurs de France (EEDF). La revue « Tout Droit » devient « l’Équipée » et un nouvel emblème est dessiné à partir des deux premiers (le trèfle pour la FFE et l’arc pour les EDF)

FFE     RO30021270               EEDF de 1964 à 1979

En juillet 1964, le grand camp associe les deux groupes à Donzenac, près de Brive-la-Gaillarde. Encore aucune fille ! Par contre la meute fait son premier camp « en dur » à l’école de Donzenac. L’aventure fut la descente de la Dordogne, sur un modèle de radeau grandement allégé avec l’arrivée comme flotteurs de chambre à air de camions. Ce sera le modèle définitif adopté dans tous les exploits futurs.

Année scolaire 64-65 : Arrivée des filles ! En effet, certaines louvettes sont montées en graine… Par ailleurs le groupe extension crée une patrouille de filles : les BICHES !

Le camp suivant, en juillet 1965 à lieu à Saint-Léger-du-Ventoux. Les Éclaireuses et Eclaireurs de Neuilly-sur-Seine font leur apparition avec deux patrouilles de garçons, au foulard bleu sur bleu. Deux exploits notables durant ce camp l’ascension du Ventoux, et la descente des Gorges de l’Ardèche avec ses camps de naturistes et son terrible rapide drossant : La Toupine du Gournier ! (Gorges de l’Ardèche)

Juillet 1966 : Hasparren, Pays Basque. Camp amphibie, juillet pourri, et descente du Gave d’Oloron sous la pluie battante…

Juillet 1967 : La Motte-Chalancon dans la Drôme. Pas de descente de rivière, mais un treck à thème archéologique de plusieurs jours.

Automne 1967 : Les Éclaireuses et Éclaireurs vieillissent, il est temps de créer un clan mixte : la route nous appelle !

Juillet 1968 : Camp au lac du Bouchet non loin du Puy en Velay.

Août 1968 : Le clan part en Yougoslavie et effectue, avec le modèle de radeau homologué une descente d’anthologie : la Tara et la Drina !

65

Alunissage des Américains 1969

Juillet 1969 : Camp Éclaireurs en Bourgogne près de Cluny. Clou du camp : l’alunissage des Américains vu dans une grange à la fin d’un grand jeu de nuit, à noter également une grande journée « élections ».

Août 1969 : Le clan, qui s’est confectionné durant l’année des canoës en résine, part en Espagne et descend le Gave d’Oloron et l’Èbre.

Été 1970 : Le clan effectue le tour du Mont Blanc, couronné par l’ascension du Mont Buet.

Été 1971 : Le clan fait le tour de l’Oisans.

Rentrée 1972 : Après Kangourou et Goral, c’est la famille ALAIS qui reprend le flambeau ! (Jeanine et Jacques sont parents de François ALAIS, actuel responsable de groupe du groupe de Limoge)

Naissance du nom « Groupe Jean-Baptiste Charcot » : Le groupe d’Asnières, le groupe Léo Lagrange, part en camp avec le groupe de Neuilly sur Seine, qui s’appelle… Jean Baptiste Charcot. Le camp fût fort en émotions et grâce à cette rencontre les deux groupes décidèrent de ne former qu’un seul : C’est la naissance du groupe Jean-Baptiste Charcot d’Asnières. C’est un des responsables du groupe de Neuilly qui deviendra le nouveau chef du groupe. Parallèlement, notre groupe adopte l’uniforme. Celui-ci sera composé d’une chemise « bleu clair » et de son foulard bleu sur bleu.

Uniforme Bleu - foulard bleu (Charcot)

Durant les années 80 : Changement de chef de groupe et c’est un ancien responsable du groupe de Neuilly-sur Seine qui prend ces responsabilités, Hati. L’équipe de groupe se voit même assistée de sa mère, Akela.

Été 1985 : Camp en Lozère, près de Saint-Alban-sur-Limagnole, terrain proche des cascade du Franquet.

Charcot pris en sandwich, doit se réorganiser. 

En 1987, le groupe obtient enfin un local plus grand et surtout plus salubre. La mairie d’Asnières nous prête l’ancienne maison des jeunes située près des Mourinoux. Vous trouverez actuellement le McDonald « Mac Drive » à sa place.
Seulement cela ne dure pas. Ce même McDonald est désormais en construction et pendant plus d’un an, nous dûmes nous débrouiller seuls. Sans local. Il fallut donc tout réorganiser et la logistique fut rude. Les responsables étaient contraints de courir à droite, à gauche, pour chercher le matériel réparti dans toutes les familles du groupe. Les tentes dans les caves des uns et les gamelles dans le grenier des autres, etc. Sans parler des nombreuses fois où nous nous trompions de famille pour récupérer les gamelles de weekend et qu’en arrivant dans le garage de la famille, nous nous retrouvions devant un stock de lits de camp… Demi-tour… Plus qu’une heure avant le rendez-vous à la gare et toujours pas de gamelles et de bonas pour les raviolis… Cela ne pouvait plus durer.

Asnières puis Bois-Colombes

Charcot devient le groupe d’Asnières / Bois-Colombes

En hivers 1988
, le groupe Charcot se rattache à la ville de Bois-Colombes. C’est finalement sa mairie qui va nous venir en aide. Elle nous offre un « petit chez nous », près de l’église avenue du Général Leclerc (Aujourd’hui, devenu un parking). C’est un nouveau souffle pour le groupe qui, en plus d’une logistique simplifiée, voit le nombre de ses jeunes augmenter.

Été 1989 : Camp au Portugal.

Création de la FÉÉ (Fédération des Éclaireuses et Éclaireurs).
Rentrée 1989 : Après un an de trouble, à l’initiative d’Hati le groupe Charcot s’unit avec d’autres groupes de scoutisme et devient un des 5 membres fondateurs de la Fédération des Éclaireuses et Éclaireurs.

En 1990 : La troupe décide de changer de nom pour rendre hommage à un autre grand homme des mers Jacques-Yves Cousteau.
Hélas, pour adopter son nom, il faut une autorisation. Les jeunes se résignent à adopter celui de son bateau fétiche « La Calypso » et devient la Troupe la Calypso !

Hivers 1990-91 : Castor (Fraternelle) devient chef de groupe.

Rentrée 1991 : Grâce à notre nouvelle localité, nous nous faisons connaître auprès des jeunes de Bois-Colombes car nous sommes présents au forum des associations de la ville. Le groupe quitte définitivement Asnières-sur-Seine et devient les Éclaireuses Éclaireurs de Bois-Colombes (FÉÉ)

– Help ! Alain, il faudrait recommander des chemises orange et des foulards bleus…

Été 1991 : Camp de groupe à Saint-Antonin-Noble-Val dans le Tarn-et-Garonne.

Été 1992 : Tout le groupe part en Norvège. C’est le plus long trajet en car jamais effectué à Charcot : Un jour et demi… mais juste pour l’aller. Camp compliqué à cause du changement de devise (la Couronne) et de la topographie du pays où un nom de ville peut-être aussi le nom d’un département, d’une région. Pas faciles les explos.
Faits notables, les activités nautiques sur le lac qui bordait le camp.

Été 1993 : Camp dans les Pyrénées-Atlantiques à Arette. Mémorable randonnée à VTT dans la montagne par le clan de l’Horizon.

Été 1994 : Camp en Drôme à La Laupie. Exploit notable des aînés : La construction d’un plateau de tente sur pilotis composé de deux niveaux (1er étage : La tente, 2éme étage : la terrasse et un coin repas).

Été 1995 : Camp en Dordogne, à Terrasson-Lavilledieu, au porte du Périgord-Noir. Le groupe Charcot campe sur la propriété de la famille de l’écrivain Antoine de Saint-Exupéry. De nouveau une descente en radeaux est organisée sur la Dordogne pour les éclés et les aînés.

Été 1996 : Camp en Haute-Savoie, à Usinens. Fait notable durant ce camp, l’inondation partielle du terrain suite à des pluies soutenues qui obligèrent le groupe à dormir une nuit dans la salle des fêtes de la ville. Fait amusant un tremblement de terre de magnitude 4.5 qui ne réveilla pourtant personne…

Été 1997 : Camp en Auvergne, dans le Cantal à Chaudes-Aigues. Grand souvenir des louveteaux la visite de vaches échappées du champs voisin durant une sieste. Notons que le groupe a visité les usines de couteaux Laguiole.

Été 1998 : Camp en Hautes-Pyrénées à Mauléon-Barousse. l’événement marquant du camp, la victoire de l’équipe de France face au Brésil lors de la Coupe du Monde de football. Et 1, et 2, et 3 Zéro !

Été 1999 : Camp de groupe à Saint-Antonin-Noble-Val dans le Tarn-et-Garonne.

Une entrée dans le 3éme millénaire sous le signe des « EEBC ».

Rentrée 2000 : Après 11 ans à la FÉÉ., le groupe quitte la fédération, les responsables ne sont plus en accord avec le projet pédagogique de la FÉÉ.
Pour autant, les EEDF ne veulent pas nous réintégrer directement. Nous sommes mis à l’épreuve pendant 1 an. Face à la nécessité de survivre nous créons notre propre association de scoutisme : les Éclaireuses et Éclaireurs de Bois-Colombes, les « EEBC ».

Été 2000 : Camp en Bourgogne à La Boulaye, camp pluvieux à souhait. Souvenirs marquants : l’invasion de frelons sur le camp louveteaux (avec intervention des pompiers) et le jeu de deux jours pour les éclés sur le thème des revenants dans une vieille église abandonnée.

En novembre 2001, le groupe Jean-Baptiste Charcot réintègre l’association des Éclaireuses et Éclaireurs de France et devient, après un an de coopération, le groupe Jean-Baptiste Charcot, EEDF de Bois-Colombes.

Été 2001 : Départ pour l’Italie, le groupe prend le train de nuit direction Roma ! Nous campons plus au Sud de la Capitale dans les hauteurs de Cassino, dans le massif forestier de la commune de Terelle.

Été 2002 : Camp dans les Côtes-d’Armor à Quessoy .
Les aînés se rendent en Corse pour faire du trekking.

Rentrée 2002 : Koala (Idéaliste) prend la succession de Castor à la tête du groupe.

Été 2003 : Camp dans l’Allier à Vallon-en-Sully.
Les aînés partent au Cameroun, dans le Mbam-et-Inoubou à Ombessa.

Été 2004 : Camp à Bujaleuf, en Haute-Vienne. Cette année là, le groupe s’agrandit, des lutines et lutins font leur apparition. A l’initiative de Margatte et de Toric, la Ronde de Neptune est créée. C’est Courlis qui écrira les chansons d’unité : Appel au feu des lutins, Chant de Neptune, Chant de bienvenue à la Ronde.

Été 2005 : Camp dans le Morbihan à Coët-Sulan (proche Pluméliau).

Été 2006 : Camp en Lozère à Estables.
Le Clan part deux semaines à la découverte de la Hongrie. Les aînés visiteront Budapest et feront le tour du Lac Balaton à vélos.

Été 2007 : Camp à Promilhanes dans le Lot.

Rentrée 2007 : Tétras (Dynamique) prend la succession de Koala à la tête du groupe.

Été 2008 : Camp en Charente, à Lésignac-Durand.

Été 2009 : Camp dans la Creuse, à Bourganeuf.

Été 2010 : Camp dans le Cantal à Chaussenac.

Été 2011 : Camp dans la Marne, à Le Buisson.

Rentrée 2011 : Cymric (Enthousiaste et Constructif) prend la succession de Tétras à la tête du groupe.

Juin 2012 : 50ème anniversaire du groupe Jean-Baptiste Charcot à Jambville.

Été 2012 : Camp en Ille-et-Vilaine au Grand-Fougeray.


WIKICHARCOT

Notre histoire étant commune, cette page est donc participative !
Si des détails, des anecdotes vous reviennent à l’esprit, si vous retrouvez des vieilles photos dans une boite à chaussures, des vieilles diapositives, …
Surtout partagez-les !

Dans ce cas, écrivez-nous à l’adresse de la rédaction du VO : redaction.ventdouest@gmail.com et nous mettrons à jour notre histoire.

Merci par avance

Publicités

2 réflexions au sujet de « Notre Histoire »

  1. Je n’avais jamais vu cette partie bien documentée ! qui a donc pu retrouver les anecdotes des années 60s ? je veux bien en donner pour les 2000s moi j’en ai plein 🙂

  2. quels bons souvenirs des années 80 ! celui de Christine,Dominique et Christophe et Gegé en spéléo a la grotte de Bruniquel au camps de penne du Tarn, puis A saint- Alban avec Akela Hati et Myrtille et les levées de drapeau, un rat des champs m avait meme mordu pendant le camp !!! (Mangouste)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s